L’imagerie de diffusion n’est pas limitée aux mesures de base comme FA (anisotropie fractionnaire), ou même la tractographie de fibres; d’autres microstructures peuvent être d’intérêts majeurs. L’eau libre est un exemple révélateur.

Les outils d’imagerie de diffusion d’imeka sont capable de mesurer les fractions d’eau (eau libre) extracellulaire, qui à son tour sert à mesurer la neuroinflammation.

En ce moment, il n’y a aucune façon de mesurer l’inflammation dans la matière blanche du cerveau. Certains marqueurs PET sont en développement, mais ils ne sont pas considérés comme des options utilisables dans un proche futur. De plus, l’imagerie PET est une méthode nettement invasive et dispendieuse pour mesurer les marqueurs dans le corps.

La mesure de la neuroinflammation par l’imagerie de l’eau libre basée sur l’IRM est une méthode rapide et rentable pour évaluer la neuroinflammation, en plus d’être disponible aujourd’hui.

L’infrastructure d’Imeka est déjà utilisée dans des essais en milieu clinique. Par exemple, notre équipe a travaillé avec des bases de données existantes (ADNI, ADNI+, ADNI2) et des différences significatives entre les groupes d’études ont été observées fondées sur ces mesures.

Commencez à cartographier l’inflammation de la matière blanche dès maintenant

La neuroinflammation est incontestablement un sujet de grande importance, et il le restera dans un avenir prévisible. Imeka est en ce moment l’unique compagnie à offrir une solution pour cartographier l’inflammation dans la matière blanche fondée sur les outils d’IRM de diffusion.

Imeka et la collaboration avec Pfizer

L’expertise d’Imeka avec l’imagerie de l’eau libre a mené à la collaboration avec Pfizer, un projet devenu le sujet d’une présentation en 2018 à la conférence ISMRM à Paris.

Le principe derrière la technique

En plus de l’eau libre, Imeka peut mesurer l’eau intracellulaire, entravée et extra-cellulaire. Nous assignons un CFS (fluide cortico-spinal) constant, afin de s’assurer qu’il n’affecte pas notre signal d’eau libre.

C’est une façon simple, mais puissante de mesurer l’eau extra-cellulaire qui peut être associée à l’inflammation.

Chaque minute compte

Le temps d’acquisition nécessaire pour nous afin d’obtenir des bonnes données pour effectuer le traitement est très court, dans les 5-7 minutes, pour un sujet dans l’IRM.

Données anciennesNous sommes également capable de travailler avec des données acquises dans le passé. Même avec un nombre limité de directions dans l’acquisition, nous pouvons extraire des informations significatives des données anciennes.

Vous voulez obtenir plus de vos anciennes données d’IRM?

Révéler plus avec l’eau libre

L’imagerie de l’eau libre peut aussi être utilisée pour enlever l’eau libre du signal. Ceci est particulièrement utile dans le cas de lésions au cerveau afin de percevoir ce qui est caché à l’intérieur.

Le meilleur exemple? La Sclérose en plaque. Nous avons été capable de tracer à travers les lésions en enlevant l’eau libre du signal.

Distinguer l’oedème de la tumeur

Un autre aspect très important de la composante de l’eau libre pour les neurochirurgiens est que l’on peut aider à différencier l’oedème de la tumeur et du tissu sain dans le cerveau.

Pourquoi on ne se tourne pas vers NODDI?

La technique NODDI (Imagerie de l’orientation, de la densité et de la dispersion des neurites) utilise les particularités de l’IRM qui ne sont pas très avancées, nomément imagerie multi-spectrale.

Le problème est que la majorité des sites d’étude ne seront pas équipés de ce genre de technologie dans le futur. Ce qui veut dire qu’une mise à l’échelle en phase III, mondiale, et essais cliniques multi-sites à travers différentes régions devient impossible, à moins que chacun d’eux n’utilisent des IRM haute-gamme.

 

Imeka peut produire des résultats comparables sans impliquer l’imagerie multi-spectrale.

Le temps d’acquisition de notre technologie est plus court, et nos séquences peuvent être faites dans n’importe quel IRM partout dans le monde.

 

Le rôle d’Imeka pour trouver un remède à la maladie d’Alzheimer.

Nos projets actuels sur l’Alzheimer sont centrés sur l’imagerie de l’eau libre de la matière blanche entière. Ce qui veut dire que nous créons des mesures moyennes de la matière blanche à travers celle-ci de chaque cerveau étudié. Utilisant cette technique, nous pouvons voir des différences significatives entre les groupes de contrôle et le groupe atteint de la maladie d’Alzheimer. Cependant, nous croyons pouvoir être encore plus précis en regardant des chemins spécifiques dans le cerveau, que nous pouvons extraire grâce à notre puissante et unique expertise en tractographie et faisceaux de fibres.