Imeka est la seule compagnie à offrir une technologie non invasive pour mieux comprendre la neuroinflammation de la matière blanche.

L’utilisation de notre technologie améliore l’adhésion aux essais cliniques en les rendant plus simples et plus confortables.

Avec la technologie d’Imeka :
– Vous obtenez un meilleur recrutement
– Vous augmentez la rétention de vos patients aux essais cliniques
– Votre logistique est simplifiée
– Vous réduisez vos coûts
– Vous offrez une meilleure expérience aux patients

 

Illustration of patient journey for Imeka non-invasive technology, Alzheimer, clinical trials, imeka, neuroimaging,

Des procédures invasives comme le TEP et une ponction lombaire ont des impacts sur la volonté des patients à participer à un essai clinique.

La technologie non invasive d’Imeka est une valeur ajoutée au désir du patient à participer à vos essais cliniques.

De plus, l’IRM de diffusion peut générer des marqueurs AFD (fibre de densité apparente) qui corrèlent avec les NFL (neurofilaments légers), permettant un suivi plus précis des changements chez le patient, sans nécessiter des prélèvements biologiques.

Améliorer votre sélection de patients avec la tractographie robuste des lésions. Ceci aide à évaluer s’il reste de la structure ou non.

Une autre amélioration pour vos essais:
La segmentation des faisceaux permet de mieux cibler les médicaments.

L’eau libre est une mesure localisée sensible à la neuroinflammation, laquelle peut être utilisée pour mieux sélectionner les traitements et l’évaluation des effets de ceux-ci. Cette mesure correspond aux standards Beta Amyloid TEP.

L’imagerie de l’eau libre basée sur l’IRM de diffusion est une méthode rapide et abordable qui peut aider à la compréhension de la neuroinflammation et est disponible aujourd’hui.

L’expertise d’Imeka dans l’imagerie de l’eau libre a conduit à une collaboration avec Pfizer, un projet qui est devenu le sujet d’une présentation à la conférence ISMRM 2018.
Voir l’article

Voici un extrait en anglais:
This study demonstrates that after removing partial volume contamination as well as WMHs lesions, the free water content of healthy looking white matter differentiates MCI and AD groups from healthy subjects. Our method is based on existing DTI-like diffusion data, is atlas free, requires no registration with a reference brain, no PET scan, no tractography, has few tunable parameters, and takes a few minutes only of computation.

The method is a simple but powerful approach that may be used in the context of patient selection and stratification for novel treatments that are aimed at treating or preventing inflammation components of AD using legacy or standard diffusion MRI data. The significant differences of our FW metrics between NC and MCI as well as NC and AD may demonstrate the potential of FW as a tool to study neuroinflammation. We intend to extend this work with analyses of FW metrics in specific white matter bundles and sections of bundles. Also, characterization over time of our new FW metrics in an MCI population could help differentiate those older adults who will remain relatively stable and those who will progress to AD, which has utility for patient selection and stratification of subjects in preclinical stages of AD.